+33 (0)1 58 83 53 24 Contact

Bienvenue au cimetière du Père-Lachaise, une des nécropoles les plus célèbres au monde, lieu de recueillement à la fois fascinant et poétique, où se mêlent nature et art funéraire.

Le cimetière tient son nom de l’époque de Louis XIV et du confesseur du roi : le père François d’Aix de La Chaise.
Ce cimetière constitue la nécropole la plus visitée, mais aussi la plus prestigieuse de la capitale française. Il s’étend sur un total de quarante-quatre hectares et totalise pas moins de soixante-dix mille concessions. Anonymes et célébrités y sont inhumés chaque année, et ce depuis des siècles.
Ce lieu est véritablement unique en son genre. Aucun endroit au monde ne regroupe autant de sépultures de personnalités célèbres disparues. Il s’agit donc d’un lieu très largement visité, plein de nostalgie et très émouvant.Vous découvrirez alors le lieu de repos de Guillaume Apollinaire, Honoré de Balzac, Colette, Frédéric Chopin, Jean-François Jean de La Fontaine, Édith Piaf, Champollion, Yves Montand, Simone Signoret, Molière, Alfred de Musset, Camille Pissarro, Jim Morrison, Oscar Wilde, Jacques Higelin… Et de nombreux autres personnages importants.

Plutôt que de vous présenter les personnalités inhumées dans ce cimetière, tombe après tombe, je vous propose de trouver à quelle personnalité correspond chacune de ces énigmes suivantes.
Bien entendu, je vous aiderai avec la photo de …la tombe !
Les réponses seront données en « OFF » sur les réseaux sociaux où le post apparaitra. Pour laisser vos réponses en commentaire sur ce blog, il vous suffira de vous inscrire sur le site.

Première énigme :
Gamin, je passe mes journées enfermé dans ma chambre à caricaturer mes professeurs, écrire des poèmes, bidouiller des inventions, dessiner des paysages et raconter des histoires. En 1888, grâce à l’héritage de mon père, j’achète le Théâtre Robert Houdin et monte des spectacles de grandes illusions. A la fois magicien, directeur du Théâtre, créateur de costumes, de décors, metteur en scène, directeur de casting,  je fonde, en 1891, l’Académie de Prestidigitation, qui se transformera en 1904 en Chambre syndicale de la prestidigitation dont je serai Président pendant plus de 30 ans. Tout se précipite, en décembre 1895, quand Antoine Lumière (le père d’Auguste et Louis) m’invite à une projection de cinématographe.
Une véritable révélation !

Deuxième énigme :
Je n’étais pas un grand voyageur mais j’ai franchi la Méditerranée, j’ai souhaité que mon tombeau ait la forme d’un sarcophage. Mon allégorie de la liberté choque le public non parce qu’elle est dévêtue mais parce qu’elle laisse apparaitre pour la première fois quelques poils…

Troisème énigme :
Je suis né dans une région célèbre pour son délicieux breuvage pétillant. Après mes différentes études à Londres et Paris où je m’installe, je découvre à travers les expositions universelles de 1867 et 1878 l’Art Japonais qui sera pour moi, une véritable source d’inspiration. Venez vers moi, ma tombe est ornée de « Christal » enchâssé.

Quatrième énigme :
Je suis mort à 21 ans, d’une injustice, due à la main d’un homme reconnu pour son impulsivité notoire. Ma mort créa un soulèvement populaire, alors que j’étais jusqu’à ce jour inconnu.  En 1891, Le sculpteur Jules DALLOU me rend hommage et édifie sur ma tombe un flatteur gisant de bronze d’un réalisme qui de là où je suis me fais sourire à chaque frôlement ….! 

Cinquième énigme :
Usée jusqu’à l’âme par mes excès. Mes excès d’hommes, de bonne bouffe et du reste. J’enchaîne les tournées malgré l’interdiction de mes médecins. Je préfère chanter et crever, plutôt que de me taire et vieillir à petit feu.
« Si je devais m’arrêter de chanter, je me suiciderais ». Je ne regrette rien et la foule m’importera toujours !

Sixième énigme :
J’ai été accusé et condamné à l’aube de ma vie pour un simple baiser donné à un homme. Ma vie fut arrêtée dans son élan. Je la poursuivie et « Je n’ai reconnu au passé qu’un seul talent, celui d’être passé »

Septième énigme :
De mon radeau, j’ai échoué au Père Lachaise … Mon gisant en marbre ne résista pas aux intempéries et dû être protégé dans un musée. Remplacé par un bronze, je suis représenté tel que j’ai fini ma vie, allongé. Officiellement, je suis mort suite à une chute de cheval mais une maladie vénérienne est plus sûrement à l’origine de ma mort.

Huitième énigme :
Je craignais tant d’être enterré vivant, que je fis mander ma soeur, d’emporter mon coeur près de Varsovie, là où le monde m’accueilli à mon premier éveil.

Nous attendons vos réponses avec impatience pour ce petit rallye virtuel.
Pensez à une visite guidée ou rallye, ce lieu est à découvrir avec Calliopée.

Envie de découvrir le monde ??

Laissez-vous guider,
inscrivez-vous à notre newsletter !






Votre inscription a bien été prise en compte !