+33 (0)1 58 83 53 24 Contact

La Villa Cavrois, un manifeste architectural.

Réalisée entre 1929 et 1932, la villa est commandée par Paul Cavrois, un riche industriel à Robert Mallet-Stevens pour abriter une famille de sept enfants et le personnel de service. Elle est pensée comme une oeuvre d’art totale de 1840 m2 habitable. Elle représente le manifeste technique et esthétique de l’architecte dans le soin apporté aux matériaux et aux équipements.

Un destin malheureux.

De 1940 à 1944 la villa est occupée par les troupes allemandes et subit des dommages à la fin de la guerre. À son retour en 1947, Paul Cavrois fait appel à l’architecte Pierre Barbe pour rénover et agrandir la villa.La villa est habitée par la famille jusqu’en 1986.

Vous visiterez entre autres pièces plus grandes les unes que les autres:

Le vestibule qui ouvre sur une volée de marches en marbre blanc et contre marches en marbre noir qui dessert un long couloir distribuant les espaces de réception. Le hall-salon, vaste pièce sur deux niveaux, ouvre sur le miroir d’eau, une mezzanine la surplombe. Le coin cheminée, recouvert de marbre jaune de Sienne possède des banquettes intégrées, la salle à manger des parents elle est plaquée de marbre vert de Suède qui contraste avec le mobilier en poirier vernis et noirci…Ici tout est « hors-normes ».

Les extérieurs sont aussi l’oeuvre de Robert Mallet-Stevens:

Au sud, vous pourrez aller admirer le miroir d’eau de 72 mètres qui s’inscrit dans une organisation spatiale contrôlée et dégagée. Dans la partie est du parc, de vastes espaces étaient utilisés pour les besoins de la villa: verger, potager poulailler, enclos pour animaux et roseraie aujourd’hui disparus.

Lille et son quartier historique

Comment aller à Roubaix sans passer par Lille pour une balade découverte des vieux quartiers, de l’Hospice Comtesse, de la Cathédrale Notre-Dame-de-la-Treille et de la maison natale de Charles de Gaulle.

LHospice Comtesse reste l’un des derniers témoignages lillois de l’action des comtes de Flandre. Fondé en 1237 par la comtesse Jeanne de Flandre dans l’enceinte de son propre palais, l’hôpital est placé sous la protection de la Vierge. Cette fondation lilloise s’inscrit dans un large mouvement de création d’asiles hospitaliers qui se multiplient au cours des XIIe et XIIIe siècle, dans les comtés de Flandre et de Hainaut.
En 1797, suite à la révolution et aux évolutions de la médecine, l’autorité municipale remodèle l’assistance publique. L’hospice Comtesse devient jusqu’en 1939 hospice pour vieux hommes est orphelins nommé « les Bleuets », tandis que les malades sont dirigés vers l’hôpital Saint-Sauveur. Il connut d’autres destinations jusqu’à devenir un musée en 1962.

La Cathédrale Notre-Dame-de-la-Treille.

Sa construction débuta au milieu du XIXe siècle pour s’achever en 1999, à l’aube du XXIe siècle. Elle fut construite pour abriter la statue de Notre Dame de la Treille, chère aux lillois depuis le XIIIe siècle.
La cathédrale s’élève à l’emplacement de l’ancienne motte féodale. Le premier donjon des comtes de Flandre, aurait été bâti ici. En 1854 est posée la première pierre. La chapelle absidiale est achevée en 1897, le chœur et le transept peu après.
En 1913, Lille devient le siège d’un évêché tandis que le chantier de l’église se poursuit lentement jusqu’en 1947. L’ensemble néo-gothique finalement ne sera pas achevé selon les plans primitifs. La belle façade digne de l’édifice date seulement de 1999. Ce projet audacieux de terminer la façade a été confié aux architectes Pierre-Louis Carlier et Peter Rice, la rosace est de l’artiste Ladislas Kijno et le portail exceptionnel du sculpteur Georges Jeanclos.

La maison natale de Charles de Gaulle

Charles de Gaulle a vu le jour le 20 novembre 1890 au 9, rue Princesse à Lille dans la demeure de ses grands-parents maternels. Cette maison fut le lieu de retrouvailles familiales pendant toute son enfance et sa jeunesse. C’est dans une famille unie autour de valeurs communes (patriotisme, ferveur religieuse, sens de l’engagement…) et dans un contexte géopolitique en plein bouleversement, que s’est forgé le caractère du futur président de la Ve République.
La maison recrée l’ambiance d’un intérieur caractéristique de la bourgeoisie industrielle du Nord à la fin du XIXe siècle telle que Charles l’a connue enfant.

Envie de découvrir le monde ??

Laissez-vous guider,
inscrivez-vous à notre newsletter !






Votre inscription a bien été prise en compte !