+33 (0)1 58 83 53 24 Contact

Les derniers travaux de restauration effectués par l’Institut Royal du Patrimoine Culturel (KIK-IRPA) viennent d’être achevés, et le si célèbre retable du maître flamand est à nouveau à sa place dans l’église Saint-Bavon.
C’est à partir de ce jeudi 25 mars que nous pourrons l’admirer dans son tout nouvel écrin.

La crypte de l’église Saint-Bavon a également été aménagée et servira de point de départ pour les visiteurs. Ils pourront grâce à de nouvelles technologies visuelles, voyager dans le passé et mieux comprendre l’histoire extraordinaire de la conception de ce chef d’oeuvre, vieux de plus de 500 ans.

Le Retable de Gand est reconnu comme l’une des œuvres d’art les plus influentes de l’histoire. Ses douze panneaux peints recto verso, dont le panneau le plus emblématique, L’Adoration de l’Agneau Mystique, est la pièce maîtresse, forment un ensemble d’une beauté renversante. À son achèvement en 1432, le polyptyque des frères Van Eyck, offrait une couleur, une brillance et une vivacité qui impressionnaient déjà leurs contemporains.

Quelques à propos sur sa commande
L’échevin gantois Joos Vijd et son épouse Elisabeth Borluut commandent l’Agneau Mystique aux frères Jan et Hubert. Ils font construire dans la Cathédrale Saint-Bavon une chapelle spéciale pour accueillir l’œuvre. Elle est baptisée Vijdkapel, du nom du commanditaire. Ce que nous ignorons sans doute, c’est que l’Agneau Mystique a surtout été peint par Jan Van Eyck. Hubert Van Eyck a entamé le tableau, mais personne ne sait ce qu’il a fait au juste car il est décédé peu après. Le tableau a été achevé en 1432 par Jan. Mais nous sommes aujourd’hui certains que ce retable a été peint à plusieurs mains. Celles des frères Van Eyck mais aussi celle des élèves de l’atelier des Van Eyck.

Mais nous ne pouvons balayer d’un revers de main, le génie de Jan ! 
Il est le premier à perfectionner et à maitriser la technique de la peinture à l’huile. Son souci du détail est phénoménal ! L’œil de Jan Van Eyck est à la fois microscope et télescope. Il est l’un des premiers à peindre une lune réaliste avec des cratères lunaires.
Jan Van Eyck est peintre de la cour de Philippe le Bon, et œuvre dans le monde diplomatique. Lors des voyages qu’il fait avec Philippe le Bon, il découvre une faune et une flore inconnues, qu’il reproduit ensuite dans le détail dans l’agneau mystique. Saviez-vous que les rochers du tableau seraient inspirés des rochers de Liège ou Dinant ? Il n’aurait jamais pu les peindre sans son incroyable mémoire photographique ! Quant à Joos Vijd, le commanditaire, Jan n’a pas voulu en faire un portrait le plus esthétique possible, mais le plus réaliste possible, avec la barbe mal rasée et quelques boutons apparents sur la peau.

N’oubliez pas que l’année Van Eyck, programmée l’an dernier et stoppée par la pandémie se prolonge en 2021avec de nombreuses manifestations liées à Van Eyck.

Envie de découvrir le monde ??

Laissez-vous guider,
inscrivez-vous à notre newsletter !






Votre inscription a bien été prise en compte !