+33 (0)1 58 83 53 24 Contact

Les liens entre les Américains Marlène et Spencer Hays et le musée d’Orsay se confirment. En 2016, le couple avait déjà enrichi considérablement les collections de l’institution parisienne grâce à une  donation exceptionnelle de 187 œuvres. Le 10 juillet 2019, le ministre de la culture a annoncé le second volet de cette donation, avec l’arrivée de 106 nouvelles œuvres.

La passion de Marlène et Spencer Hays pour l’art américain et européen est ancienne. Le couple a commencé à acheter des œuvres d’art au début des années 1970. A l’instar de beaucoup de leurs concitoyens, ils s’intéressent d’abord à la peinture américaine de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Puis ils élargissent le champ de leurs investigations découvrant les Nabis au début des années 1980. Ils tombent aussitôt sous le charme des compositions mystérieuses signées Bonnard, Maurice Denis, Maillol, Ranson, Vuillard, réunissant une collection de première importance. Pour abriter ces trésors, les Hays construisent à Nashville une grande demeure sur le modèle d’un hôtel particulier. Au total, 600 œuvres de la période 1850-1950 sont progressivement collectées et conservées.

En 2013, ils avaient déjà prêté 187 œuvres au musée d’Orsay dans le cadre de l’exposition « une passion française ». En octobre 2016, le couple texan a réalisé une première donation au musée d’Orsay, estimée à 173 millions d’euros, sous réserve d’usufruit. Composée de plusieurs tableaux de Vuillard, de Degas, de Corot ou encore de Modigliani, cette donation, exceptionnelle par sa taille et sa cohérence, est la plus importante qu’un musée français ait reçue d’un donateur étranger depuis 1945. Elle rivalise avec le don de Louis La Caze qui était considéré comme le particulier le plus généreux avec 583 tableaux légués au musée du Louvre en 1869. Pour cette première donation, le couple américain a reçu en 2016 les insignes de commandeur de la Légion d’honneur.

Cent six nouvelles œuvres (40 peintures, 47 œuvres sur papier et 19 sculptures) viennent aujourd’hui compléter le premier ensemble portant au total la donation à 293 pièces et faisant de celle-ci une des plus importantes libéralités de l’histoire du musée d’Orsay. Marlène Hays perpétue ainsi les volontés de son époux Spencer décédé en mars 2017. Pour ne citer que quelques artistes, sont représentés Pierre Bonnard (dont Jeune fille au chien, 1894), Maurice Denis (dont Noli me Tangere, vers 1891) ou encore Georges Lacombe (et son rare relief Le Lavoir des malheureux, 1894). De plus, des œuvres de Camille Claudel, des tableaux de Robert Delaunay ou Henri Matisse affirment une ouverture vers l’art du XXe siècle, ce qui renforcera le lien entre les collections du musée d’Orsay et celles du musée de l’Orangerie.