+33 (0)1 58 83 53 24 Contact

NAPOLÉON et les ARTS

Les empreintes laissées par Napoléon dans les arts et leur histoire. Il nourrit de vastes desseins d’urbanisme. Se méfiant des architectes, il préfère solliciter le génie des Ponts et Chaussées. Sous son règne, plusieurs tendances s’affrontèrent. Les architectes qui poursuivaient la tradition du XVIIIème, et les tenants de l’antique. Dans ce paysage officiel, deux hommes se distinguent, Percier et Fontaine. Ils sont les véritables acteurs du goût impérial. En 1805, Napoléon les chargeait du réaménagement du Louvre. En 1813, Fontaine devint premier architecte de Napoléon. Il est difficile d’étudier l’œuvre architecturale de l’Empire dans la mesure où beaucoup de chantiers ne sont qu’entamés lors de la chute de l’Empire comme il en a été pour l’Arc de Triomphe sur la place de l’Etoile, débuté sous Napoléon Bonaparte, poursuivi par Napoléon III, pour enfin être achevé, pour aussi étrange que cela puisse paraitre, sous le règne de Louis Philippe.
De cette architecture émerge tout de même ce style fortement inspiré de la Rome impériale, pour exemples le palais Brongniart, l’église de la Madeleine ou encore le Palais Bourbon.

Empreintes laissées par Napoléon dans les arts et leur histoire
Eglise de la Madeleine à Paris

En peinture, on reprocha l’émergence d’une peinture officielle, entrée dans un système institutionnel bridant toute créativité. Il est vrai que la peinture napoléonienne répond d’abord aux commandes officielles d’où une peinture qui met en scène les fastes de l’Empire, Le sacre par David ; La bataille d’Eylau par Gros. Mais un maître domine, Jacques Louis David, et avec lui, le néo-classicisme. Quoiqu’on pense ou dise de David, il a su redonner un sens à la peinture, qui avant la révolution ne devait pas donner à penser ou à méditer, mais seulement à ravir de scènes galantes, la cour et autres bourgeois. Cette peinture décorative n’avait pour fonction que de cacher, taire et faire taire. Notons que David a su favoriser l’éclosion des talents qui ont à la fois fondé le romantisme et l’orientalisme. C’est bien dans les toiles de Géricault Cuirassier blessé quittant le feu, 1814, que l’esthétique épique ouvre la voie vers le romantisme. Malgré son tempérament autoritaire, David admettait avec bienveillance les projets esthétiques les plus contradictoires. Pour lui, tous les genres sont bons, dès lors qu’on y excelle.

Le mouvement néo classique sous Napoléon 1er
Jacques-Louis David, Napoléon franchissant le Grand Saint-Bernard, 1801, huile sur toile, 2m60 x 2m21, Musée du château de Malmaison, Rueil-Malmaison

La sculpture comme la peinture, fut aussi accusée d’être à la solde du régime. Il faut dire qu’après avoir quasiment disparu sous la Révolution, la sculpture renaît. Dès le Consulat, Bonaparte lance de grands chantiers nécessitant des décors sculptés. Son intérêt se porte sur l’antique même s’il n’apprécie guère la nudité héroïque. Sous son règne, d’ailleurs, la querelle du nu reprit. Vivant Denon, épris des modèles grecs ou romains, la défend ; Napoléon exige l’uniforme ou le costume contemporain du moins pour les personnages officiels. Grâce aux nombreuses commandes publiques comme les décors des monuments publics et les portraits, les réalisations sont nombreuses et révèlent une activité débordante. Plus que dans tout autre domaine, l’iconographie glorifie l’histoire du règne. Si vous êtes aux alentours du Louvre, je vous invite à aller regarder de près les reliefs de l’arc du Carrousel célébrant Napoléon, et représentant les succès de la campagne de 1805. Mais le fronton du palais du Corps législatif exécuté par Chaudet et aujourd’hui disparu, représentait la remise des drapeaux conquis par l’Empereur. Ces nombreuses réalisations sont effectuées par des ateliers qui rassemblent une cohorte d’artistes honorables et disciplinés pour un art reposant sur une esthétique sévère, réaliste et surtout monumentale.

L'architecture et Napoléon 1er
Le couronnement de Napoléon sur l’Arc de Triomphe, haut relief,, place de l’Étoile à Paris

Les Arts décoratifs, tiennent une place tout aussi importante que l’architecture, la peinture ou la sculpture. Du fait, de la rapidité de leur exécution, on peut considérer qu’ils sont le reflet de l’esprit nouveau et permettent de mieux percevoir le style « empire ». Dès le Consulat, de grands chantiers relancent les arts décoratifs. Joséphine, dont l’influence est déterminante dans le goût impérial, fait appel à Percier et Fontaine pour le réaménagement de la Malmaison. Vient ensuite l’installation du Premier Consul aux Tuileries puis après 1804 le réaménagement des différents palais impériaux ; Fontainebleau, Compiègne et Saint-Cloud. Un des buts de ces chantiers est aussi de soutenir ou relancer les différentes manufactures. La manufacture de la Savonnerie est ainsi chargée des tapis des palais alors que la manufacture de Sèvres se voit confier le service particulier de l’Empereur. L’attention de Napoléon se porte particulièrement sur l’industrie de la soie à Lyon. D’importantes commandes de soie sont passées afin de faire vivre ce fleuron de l’industrie française et surtout de fournir du travail à une population connue pour être turbulente. Les arts décoratifs ne renaissent pas que par les chantiers impériaux. C’est dans l’aménagement de la vie quotidienne que le style Empire s’impose mais là aussi sous la férule de Percier et Fontaine, qui dictent leurs conceptions aux ébénistes. L’acajou règne, les formes sont rectilignes, enrichies de cariatides… Le décor est inspiré de l’égyptien, du gréco-romain ou de l’étrusque. La mythologie voisine avec les symboles guerriers, les abeilles avec les aigles. Dans le domaine du mobilier, les frères Jacob se distinguent par une production immense et un savoir-faire qui témoigne des changements intervenus dans la production.

Les appartements de napoléon 1er au château de Fontainebleau
Salon au château de Fontainebleau

Qu’il ait été adulé ou haï, là n’est pas le propos. Il a été l’homme de l’État français le plus connu au monde et il est légitime de se le rappeler cette année 2021, année du bicentenaire de sa mort. Pour l’occasion, plusieurs musées dont le musée de l’Armée lui consacrent une année culturelle et Calliopée lui consacrera plusieurs visites guidées dés que cela nous sera possible.


D’où venait Napoléon ? Il est né à Bastia, le 15 août 1769. Issu d’une famille de petite noblesse, il eut pour père un avocat qui souhaitait le meilleur pour son fils. Disons plutôt, qu’il voulait que son fils fasse un métier d’armes. Eh oui déjà !
Napoléon part donc pour le continent et fait ses études dans deux écoles royales militaires. Il en sort en tant que Lieutenant d’artillerie.
L’artillerie était une arme scientifique, et Napoléon était un homme érudit aux multiples connaissances, qu’il développa par la lecture de grands ouvrages de philosophes, comme ceux de Voltaire, de Diderot ou de Rousseau. Il s’est nourrit tout autant de lectures en sciences économiques, d’ouvrages de droits et de sciences militaires. Pourrait-on dire alors que c’était un homme complet ou presque ? Quel que soit la pensée que vous dirigez vers Napoléon, reconnaissez qu’i a su profiter de la révolution française comme nul autre pour s’inscrire dans l’Histoire de la France, en développant sa carrière de main de maître.
Napoléon Bonaparte a été non seulement un grand conquérant, mais aussi un grand réformateur. Aujourd’hui encore de multiples institutions ou codes institutionnels nés sous sa gouvernance sont encore actifs ou en vigueur.
Ces premières victoires lors de la campagne d’Italie qui a eu lieu de 1796 à 1797 et celle d’Egypte qui a suivi de 1798 à 1799 ont fait de lui un grand conquérant mais également un excellent administrateur ainsi qu’il s’y est employé en Italie et en Egypte. Lorsqu’il rentre en France, aux yeux de ceux qui préparaient le coup d’Etat du 18 brumaire de l’an VIII, il est le plus légitime pour prendre le pouvoir en France. Et cela durera 15 ans.

Envie de découvrir le monde ??

Laissez-vous guider,
inscrivez-vous à notre newsletter !






Votre inscription a bien été prise en compte !