+33 (0)1 58 83 53 24 Contact

Bologne est surnommée « la Rossa, la Dotta, la Grassa » (« la rouge, la savante et la grasse ») en raison de la couleur de ses briques et façades colorées, de sa vie culturelle et de sa gastronomie.

Dotée de rues médiévales et de la plus vieille université d’Europe, Bologne est aujourd’hui une ville italienne très dynamique, que Calliopée vous invite à découvrir au cours d’un voyage culturel. Bologne est célèbre pour ses 40 km d’arcades. Si elles étaient autrefois en bois, elles sont passées au béton au fil des siècles étant donné les risques d’incendie. Certains portiques d’origine peuvent néanmoins être admirés, le long de la rue Marsala. Des jeux de lumières et d’ombres, de profondes perspectives offrent des images urbaines fascinantes. Une demande a d’ailleurs été formulée auprès de l’Unesco pour classer ces portiques parmi le patrimoine de l’Humanité.

La place principale de Bologne, la Piazza Maggiore, est le résultat de transformations qui l’enrichirent progressivement d’importants édifices : la Basilique San Petronio (la quinzième plus grande église du monde), le palais dei Notai, le palais d’Accursio, et le palais del Podestà. Construite là où il n’y avait à l’origine que des prairies, la municipalité a commencé à acquérir des terrains pour construire une place qui devait représenter l’importance de l’institution municipale et qui regroupait les diverses activités de la ville (commerce, échanges et services).
Au cœur de la ville, le palais Archiginnasio a été construit par l’architecte Antonio Morandi, entre 1562 et 1563. Il servait de siège unique à l’enseignement universitaire, qui était auparavant dispersé. Le bâtiment de style Renaissance possède un long portique extérieur de 30 arches et est divisé en deux étages autour d’une cour centrale.


Sur la Piazza Ravegnana, levez les yeux vers les deux tours d’origine médiévale, Asinelli et Garisenda, symboles de la ville. La plus grande, la tour Asinelli, était la propriété de la municipalité à la fin du XIIIe siècle et s’élève à plus de 97 mètres de hauteur. La seconde tour, la Garisenda, a été abaissée alors qu’elle s’inclinait au milieu du XIVe siècle, car on craignait qu’elle ne s’écroulât. Elle est haute de 48 m, et reste fortement penchée. Grimper les 498 marches de la tour Asinelli offre une vue imprenable sur la ville.
La via et la piazza Santo Stefano constituent un des complexes monumentaux le plus singuliers de Bologne. Les origines de ce lieu, également appelé « les sept églises », sont particulièrement controversées. Certains attribuent sa naissance à San Petronio, le saint patron de Bologne, alors évêque de la ville, qui aurait voulu construire, en 430, un ensemble de sept églises, reconstruction symbolique des lieux de la Passion du Christ.
Bologne possède enfin plus de 60 km de canaux passant sous les rues et entre les résidences. Ils ne sont visibles qu’à certains endroits : à la Via Piella derrière une porte en fer, ou par une petite fenêtre qu’il faut ouvrir pour observer l’un des canaux caché de la ville.

Bologne : la plus ancienne université d’Europe. « Bologna la Dotta ».
La fondation de l’Université de Bologne remonte à l’an 1088, et en fait la plus ancienne université du monde occidental. Le terme « universitas » est utilisé pour la première fois, et désigne une corporation s’administrant elle-même, pourvue de privilèges, commençant à conférer des grades revêtus d’un caractère officiel. L’impulsion est donnée par les maîtres bolonais de la grammaire, de la rhétorique et de la logique, qui, à l’instar du juriste Irnerius, se consacrent au droit romain. L’Université de Bologne acquiert progressivement le monopole de cet enseignement.
Les professeurs vivent des collectes offertes par leurs élèves, car la science, à l’époque, ne pouvait être vendue. Les étudiants affluent de toute l’Europe, contribuant au développement culturel, urbanistique et économique de la ville. Ils s’organisent en associations de compatriotes appelés « nationes« . Les Cismontains rassemblent les étudiants de la péninsule Italienne, alors que les étudiants étrangers, venus de l’autre côté des Alpes, se regroupent au sein de la fédération ultramontaine.
En 1888, le huitième centenaire de l’Université de Bologne est célébré lors d’une grande cérémonie au cœur de la ville. Des universitaires et étudiants internationaux se réunissent pour rendre hommage à l’ »Alma Mater » de toutes les universités. Aujourd’hui, l’Université de Bologne accueille plus de 100 000 étudiants et reste l’une des institutions européennes les plus dynamiques.

La Madonna di San Luca : protectrice de Bologne (Italie).
Sortons de la ville de Bologne pour nous rendre jusqu’au sommet d’un massif forestier, où est perché le sanctuaire de la Madonna di San Luca domine la cité bolonaise. Avec sa couleur ocre et ses toits vert de gris, le sanctuaire est le trait d’union entre l’urbanisation et la campagne voisine. Il impressionne par sa structure massive en forme de croix grecque, et son majestueux dôme. Bâtie au XVIIIe siècle sur les plans de Carlo Francesco Dotti, cette basilique est devenue un haut lieu de pèlerinage où se retrouvent de nombreux fidèles, venus prier une icône miraculeuse de la Vierge. Depuis le centre de Bologne, il est possible d’emprunter le « Portico di San Luca », une longue arcade monumentale couverte de près de 4 kilomètres, construite de 1674 à 1793, pour protéger l’icône pendant la procession sur la colline. Mais si vous aimez la randonnée et le grand air, Calliopée vous conseille d’emprunter le « Sentiero dei Bregoli« , qui grimpe dans la forêt. L’arrivée au sommet du sentier offre une vue splendide sur le sanctuaire et les sapins environnants. Aux abords de l’Eglise, vous profiterez également d’un beau panorama sur la vieille ville italienne.

Sanctuaire de Madonna di San Luca

L’Italie est un pays où Calliopée, se rend très souvent, ou plutôt se rendait très souvent. Car de région en région, par sa richesse culturelle, ce pays offre un éventail inépuisable de voyages culturels.

Envie de découvrir le monde ??

Laissez-vous guider,
inscrivez-vous à notre newsletter !






Votre inscription a bien été prise en compte !